dans email

URBEX : Je me suis infiltré chez un inconnu

Je rentre de 3 jours d’exploration urbaine en Belgique.

J’étais avec mon meilleur pote, et on a visité des lieux abandonnés tout le week-end.

Je n’ai pas la tête à parler de vente…

Mais je veux quand même te donner des nouvelles.

Alors…

Je vais te raconter l’histoire de notre infiltration dans le domicile de quelqu’un.

Et du moment angoissant où on s’est fait surprendre…

Ça a commencé quelque part dans la région liégeoise.

Mon pote avait repéré sur internet un spot intéressant : un bar en bord de route, abandonné depuis 2017.

En analysant longuement une vidéo YouTube et après une petite enquête, il avait réussi à trouver l’emplacement sur Google Maps.

On s’y rend en voiture.

Une fois devant le bar, aucun signe d’abandon.

Un panneau « Open » est accroché à la porte. Mais elle ne s’ouvre pas.

D’après les rumeurs, le propriétaire était mort quelques années auparavant.

Sa femme est allée en hospice, avant de mourir elle aussi.

Depuis, plus de nouvelle.

On finit par trouver une entrée à l’arrière.

La porte est ouverte.

On entre dans une cuisine.

Des lunettes et du chocolat en poudre sont posés sur la table.

Tout autour : des casseroles, de la vaisselle, de la nourriture… tout est resté là.

En fait…

Rien ne nous prouve que le bâtiment est vraiment abandonné.

On décide de lancer un : « y’a quelqu’un ? »

Pas de réponse.

Pourtant, une impression étrange de ne pas être seuls.

On s’avance lentement vers le bar.

Tout est à sa place.

Les bouteilles. La déco. Les chaises autour des tables…

Une mise en scène a été faite avec des verres servis et des jeux de cartes posés sur les tables.
C’est en arrivant dans la chambre que nous avons le plus eu l’impression d’entrer dans l’intimité de parfais inconnus.

Les vêtements. Les draps. Les photos de familles. Rien n’a été touché.

On monte doucement l’escalier.

Au premier étage, l’impression est encore plus forte.

La table est mise. Un fer à repasser est posé sur une planche, à côté d’une chemise.

Le courrier est sur la table.

Tout est là, comme si les habitants de la maison avaient fui d’urgence un danger invisible.

Soudain, c’est l’angoisse qui s’empare de nous.

Et si on s’était trompé ?

Et si la maison n’était pas abandonnée ?

Et si on nous prenait pour des cambrioleurs ?

Et pourquoi cette impression de ne pas être seuls ?

Il faut qu’on sorte.

Alors qu’on se dirige vers l’escalier pour redescendre, on s’arrête net.

Un craquement. En bas. Dans la maison.

On s’immobilise complètement.

C’est sûr. Nous ne sommes pas seuls.

Qui d’autre peut bien connaître cet endroit ?

L’endroit est encore propre. Il n’y a pas eu beaucoup de passage.

Les propriétaires ?

Les policiers alertés par un voisin ?

Soudain, une voix chuchotante.

Nous n’avons aucune issue. Nous devons les confronter.

On se décide à lancer un « qui est là ? »

Après quelques secondes…

Une voix nous répond…

« On fait de l’urbex. Et vous ? »

Soulagés, on descend à leur rencontre.

Urbex, c’est une contraction de Urban Exploration

C’est un sport gratuit, accessible à tous, et riche en adrénaline.

Ça consiste à visiter des endroits abandonnés.

C’est souvent illégal, et il ne faut pas se faire prendre.

Mais le risque est mesuré si tu respectes certaines règles de l’urbex.

Pas d’effraction. Pas de dégradation. Pas de vol. 

La seule chose avec laquelle tu repars, ce sont des photos.

Et bien sûr, la règle n°1 : un Urbexeur ne donne jamais publiquement le lieu exact de ses spots.

La recherche fait partie de l’aventure.

On a terminé le week-end par la visite lugubre d’un hôpital psychiatrique abandonné, reconverti en musée des horreurs, que nous avons eu la bonne idée (stupide ?) de faire de nuit.

Si ça te tente, je te demande de faire ça dans les règles.

Respecte les lieux et évite de les divulguer trop facilement.

Je te conseille de faire ça avec un ami qui a la même passion.

Et si c’est ton truc, tu vas t’éclater.

À demain,
Antoine

Les Emails Privés d'Antoine BM
Reçois un email chaque matin rempli d’astuces pour apprendre à vendre, changer de vie, et gagner sa liberté :
Les emails sont gratuits, vos informations resteront privées et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.