dans email

Upsell comme un bateau de croisière

Tu vois la tête de Voldemort quand il se fait trucider dans le 5ème film ?

C’était à peu près mon expression quand la réceptionniste m’a tendu la note de mes dépenses sur le bateau.

Comment dépenser 491,23$ en 15 jours de croisière pension complète SANS FAIRE LA MOINDRE EXCUSION ?

Ok. Il faut compter la taxe de service de 13$par jour dont personne ne m’avait parlé.

Il y a bien sûr les 6 ou 7 petits verres pris au bar pour trouver l’inspiration des emails…

La lessive et le repassage de la mythique chemise noire d’Antoine BM…

Les heures passées à se prélasser au soleil sur le pont VIP (Vraiment Important Pourlebronzage)…

Les lunettes de soleil achetées à la boutique (parce qu’emporter un étui à lunettes vide en vacances, c’était pas franchement utile…)

Les 40$ du casino (note de vanité : j’ai quand même doublé ma mise sur le rouge)…

Tu multiplies tout ça par deux parce que tu es un homme galant…

Et tu te rends compte que tu aurais pu avoir l’upgrade balcon sur l’océan pour le même prix…


Morale de l’histoire :

J’avais entendu quelque part que les bateaux de croisières ne faisaient pas de bénéfice sur les places vendues.

Un peu comme les compagnies aériennes, qui ne grappillent que des centimes sur les passagers en économie.

TOUT le bénéfice se fait sur les extras.

Et TOUT sur le bateau te pousse à l’extra.

Des soirées sont organisées tous les soirs pour inciter les gens à boire…

Des excursions à chaque étape pour « ne rien manquer » de la ville…

Le restaurant principal te sert du poulpe tous les jours jusqu’à ce que tu craques et que tu te tires au restaurant payant…

Pour Antoine le client français, c’est une honteuse incitation à la consommation.

Pour Antoine le marketeur, c’est de l’upsell bien fait.

On propose une offre de base à un tarif accessible.

Puis des extras à un tarif premium.

Tu peux utiliser ça si tu vends des produits dans une thématique où les gens ont du mal à sortir la carte bleue.

Propose-leur un « produit d’appel » à moins de 20€ (voire seulement quelques euros).

Une fois la commande passée, propose-leur LE VRAI TRUC.

L’OFFRE IRRÉSISTIBLE.

Celle QU’ILS NE PEUVENT PAS SE PERMETTRE de refuser.

Une offre que tu n’aurais peut-être pas pu proposer à froid.

Parce que les clients de ce marché ne sont pas habitués à ce genre d’offre.

Si la croisière avait couté 500$ de plus, beaucoup de gens auraient passé leur chemin.

Avec la stratégie des upsells (ou de vente en escalier), ils ont finalement dépensé ce tarif-là… sans même s’en rendre compte.

Et s’ils sont contents de leurs vacances, ils reviendront.

À toi de jouer.

À demain, 
Antoine.

PS : Dernier jour pour profiter de la formation 1000 INSCRITS À TA LISTE EMAIL EN 30 JOURS.

J’ai demandé à Félix d’augmenter le tarif CE SOIR.

C’est le dernier moment pour prendre ta place : school.antoinebm.com/1000-inscrits