dans Non classé

Une nuit dans mon van : le bilan

Il est 8h41, et je t’écris sur la petite table de mon van.

J’ai trouvé un coin tranquille, sur les rives de la Loire, à 150 km de Paris.

L’objectif : tester mon van en conditions réelles.

Ce que j’adore avec le van…

C’est que c’est un produit tout en un.

C’est un peu l’iPad de la voiture.

Avant tout, c’est une bonne voiture.

Une voiture que tu peux utiliser tous les jours et qui passe (presque) partout.

Mais c’est aussi une petite maison sur roues…

Un bureau de travail avec vue au choix…

Une chambre d’hôtel qui accepte toujours les animaux…

Un studio insonorisé pour enregistrer des audios.


L’iPad peut remplacer ton ordinateur, ta liseuse, ton papier et ta batterie externe…

Le van peut remplacer ta voiture, ton bureau, tes hôtels et même ta maison.

C’est le rêve des accros au minimalisme et à la simplicité…

Un rêve que je suis en train de réaliser.

Pourquoi une nuit de test ?

Aménager un van, c’est comme voyager léger.

Ça ne se fait pas d’un coup.

Il faut partir à l’arrache : c’est le seul moyen de savoir de quoi on a vraiment besoin.

Dès que tu te dis : « Tiens, il me manque une paire de ciseaux. »

Tu notes « ciseaux » sur ta liste de choses à ajouter.

Et dès que tu te dis : « Tiens, je n’utilise jamais ce porte-gobelet. »

Tu notes « Porte-gobelet » sur ta liste de choses à retirer.

C’est facile, mais ça prend du temps.

Et c’est le seul moyen de vraiment savoir de quoi tu as besoin.

Bilan de la nuit

Niveau confort, rien à redire.

Le van a un chauffage d’appoint alimenté par le moteur.

C’est silencieux, ça consomme peu et c’est très efficace.

Il faisait 7°C dehors, le chauffage était réglé à 10%, et je n’ai pas du tout eu froid.

On peut dormir dans la tente télescopique en haut, ou sur un matelas qui se déplie en bas.

Quand la tente n’est pas utilisée pour dormir, la couchette peut se remonter et ça libère beaucoup d’espace au-dessus de la tête. On peut tenir debout et ça change tout.

L’ancien propriétaire avait fait fabriquer un matelas sur mesure pour la couchette du bas, et c’est aussi confortable que le matelas qu’il y a chez moi.


Niveau sécurité, c’est encore mieux.

Toutes les fenêtres se couvrent d’une façon ou d’une autre et personne ne peut regarder à l’intérieur. Une commande centrale permet de verrouiller toutes les portes.

Le problème, c’est que tu te sens tellement bien que c’est dur de sortir pour aller pisser…

Je n’ai pas été dérangé pendant la nuit, mais je stressais un peu qu’un agent vienne m’embêter au matin : je suis près d’une zone très visitée le week-end, et je ne sais pas si je peux dormir ici.

Les chances sont faibles, mais ça peut arriver : s’ils ont décidé de tondre la pelouse ce matin, ils ne se gêneront pas pour moi.

Ça ne paraît pas très grave, mais ce n’est jamais agréable de se faire réveiller par la police qui cogne à la porte. Ni chez soi, ni dans son van.

Le meilleur moment, c’est le matin.

Quand la lumière te réveille doucement par les interstices des stores…

Que tu ouvres les rideaux et que tu vois le givre sur les arbres…

La nuit est terminée, et l’aventure continue

Pour l’instant, j’utilise un sac de couchage. Mais j’ai une couette en soie qui arrive demain ! #MieuxQueLhotel


Concernant la douche et les toilettes :

J’ai une petite douche qui se fixe à l’arrière du véhicule.

Mais en hiver, le plus simple est d’utiliser une bassine et un gant de toilette.

Ou de s’arrêter à un camping, une piscine municipale ou une aire d’autoroute.

Pour les toilettes, il y a d’autres options. Mais je t’en parlerai plus tard.

Quelques trucs indispensables

– Des couvertures/plaids à mettre sur la banquette arrière, surtout si tu voyages avec ton chien.

– Un adaptateur allume-cigare pour recharger ton téléphone ou ta tablette.

– Un petit kit ménage (Essuie-tout, éponge, chiffons, balayette) pour tout nettoyer. Un espace de 6m2, ça se salit très vite. Et quand c’est sale, c’est toute ta maison qui est sale.

– Des bouteilles d’eau en stock (pour boire, ou remplir le réservoir d’eau)

– De la vraie literie : oreillers, draps, couette… C’est tellement plus confortable qu’un sac de couchage, et totalement possible dans un van.

La suite…

Je n’ai toujours pas le stationnement résidentiel à Paris et je continue à payer une somme astronomique en tickets…

Quand ce sera bon, je pourrai laisser mon van garé dans un endroit qui me plaît et m’en servir au quotidien comme bureau.

C’est mieux que je le pensais pour travailler : c’est silencieux, mais tu vois quand même la vie défiler devant toi.

C’est lumineux, mais tu peux cacher les vitres que tu veux si les passants te gênent.

En dépliant la table, tu as un vrai espace de travail.

Je vais aussi continuer les petits week-ends de 2-3 jours en attendant d’avoir tout ce dont j’ai besoin. Puis je me ferai des voyages plus longs en France et en Europe.


Avoir un van quand tu vis à Paris, c’est pas mal de petits soucis.

Mais j’ai compris que ça valait le coup quand je suis allé pisser cette nuit, ébahi, sous un ciel rempli d’étoiles.


À demain

Antoine