dans email

Une descente aux enfers

C’est l’histoire de Julien.

Julien vient d’une famille pour qui les études sont importantes.
On lui a dit que s’il ne travaillait pas à l’école, il ne trouverait pas l’emploi qu’il veut.
On lui a dit que s’il voulait avoir un métier gratifiant, il devait faire de bonnes études.
On lui a dit de faire S parce que ça ouvre toutes les portes.
Sauf que Julien, il n’est pas heureux.
Il n’est pas heureux parce que depuis toujours, il vit en écoutant les conseils de ses parents, de ses profs et de ces amis.
Mais il n’a jamais pris une décision pour lui.
Julien tempère en se disant que quand il aura fini tes études, il pourra choisir.
Sauf que…
Julien rencontre Laure.
Laure, c’est une jolie fille de sa promo dont il tombe amoureux.
Ils s’installent ensemble, prennent un appart, et adoptent un chat.
Rapidement, ils commencent à parler mariage.
Entre temps, Julien a trouvé un job dans un cabinet d’audit financier.
Ça ne l’emballe pas vraiment, mais ça paye bien et il y a un CDI à la clé.
De toute façon, il faut bien payer le loyer.
Quelques années plus tard, Laure tombe enceinte.
Le couple déménage dans un appartement plus grand, avec une chambre pour le bébé.
Julien, qui a monté les échelons dans son entreprise, commence à mettre de l’argent de côté.
Son boulot est toujours aussi ennuyant, mais il n’a plus le choix.
Il est père, maintenant. Il doit subvenir aux besoins de sa famille.
Donc il continue.
Alors que le petit souffle ses premières bougies…
Les choses ne vont plus aussi bien.
Julien, qui déteste de plus en plus son travail, en veut à Laure.
Il en a marre de se sacrifier pour sa famille.
Il travaille 10 heures par jour, rentre tard le soir, affamé et de mauvaise humeur.
Il défoule ses nerfs sur Laure. Il ne voit presque jamais son fils.
Un jour, c’est la dispute de trop.
Le couple décide de faire un break.
Laure va chez sa mère pour “respirer”. Elle emmène le petit avec elle.
Julien se morfond seul chez lui. Il travaille moins et ses supérieurs le lui reprochent.
Il a le sentiment d’être victime d’une terrible injustice. Il en veut à tout le monde.
Un jour, Laure rencontre Arthur.
Arthur est photographe à son compte.
Il voyage beaucoup, aime son métier, et travaille quand il en a envie.
Cette légèreté le rend jovial et drôle. Il est curieux et s’intéresse aux autres.
Il aime Laure sans rien attendre d’elle en retour. Il ne lui fait pas porter le poids de ses problèmes sur le dos.
Évidemment, Laure tombe amoureuse.
Quand Julien apprend la nouvelle, il est furieux.
Lui qui a tout donné pour sa famille…
Lui qui s’est sacrifié pendant des années en faisant un boulot qu’il déteste sans jamais avoir de temps pour lui…
Lui qui s’est éloigné de ses amis et de ses passions pour sa famille…
Lui a vécu toute sa vie pour les autres, sans jamais penser à lui…
Il se retrouve seul et abandonné.
Pendant des semaines, il se complait dans son statut de victime.
Il se plaint à tous ses amis que sa femme est une garce.
Il fait culpabiliser son fils en lui disant qu’il lui doit tout.
Il boit. Il fume. Il se dégrade.
Il devient aigri, envieux et méfiant.
Il commence à mépriser les femmes.
Pendant ce temps, Laure est heureuse.
Pour la première fois de sa vie, elle se sent aimée sans se sentir redevable.
Arthur fait passer ses passions avant elle. Il ne sacrifie rien.
Il l’aime sincèrement, sans rien lui demander en retour.
Il ne lui fait pas de reproches et n’essaye pas de la contrôler.
Laure en profite pour s’occuper d’elle.
Elle se met au yoga, lance son entreprise, et passe plus de temps avec son fils.
Elle devient autonome et n’attend pas d’Arthur qu’il réponde à tous ses besoins.
Elle ne culpabilise plus.
J’ai inventé cette histoire… Mais tout le monde sait de quoi je parle.
Beaucoup d’enfants ont été éduqués pour devenir comme Julien.
On leur a dit qu’il fallait travailler dur pour avoir des récompenses.
On leur a dit de refouler leurs envies pour satisfaire celles des autres.
On les a conditionné à vivre pour la reconnaissance.
En fait, on leur a donné la recette pour être malheureux.
En grandissant, ils auront le sentiment qu’ils doivent se “sacrifier” pour les autres.
Ils chercheront la souffrance et la pénibilité, et essaieront constamment de faire plaisir.
Ils s’attireront la compagnie de personnes fragiles et dépendantes pour se sentir utiles.
Ils attendront en retour que les autres se sacrifient de la même façon pour eux.
Si cela n’arrive pas, ils se sentiront abusés et ils développeront du ressentiment pour leurs proches.
Leur ressentiment sera exprimé lors de violentes disputes ou de petites phrases blessantes.
Petit à petit, ils détruiront leurs relations et se retrouveront seuls.
Ils auront l’impression que le monde entier est ligué contre eux.
Et comme ils ont construit leur bonheur sur la reconnaissance des autres…
Il ne leur restera plus rien pour être heureux.
Pendant longtemps, j’ai cru que Julien avait raison.
Que c’était juste un type bien, victime d’une injustice.
À l’époque, le plus important pour moi était de rendre fiers mes parents et d’avoir l’approbation des autres.
Évidemment, ça ne me rendait pas heureux.
Puis un jour, j’en ai eu assez.
Alors j’ai pris une décision égoïste.
J’ai arrêté mes études pour lancer mon activité sur le web.
Personne n’y croyait. Personne ne me soutenait.
Je suis parti seul à l’autre bout du monde.
J’ai commencé à vivre en pensant à moi.
Et quelque chose à changé.
Les gens ont commencé à me regarder différemment.
Certains camarades de classe qui ne m’avaient jamais adressé la parole m’ont envoyé des messages d’admiration.
Ce que j’avais toujours voulu avoir s’est produit lorsque j’ai arrêté de le chercher.
Alors j’ai continué dans cette voie.
J’ai bâti seul un business a plusieurs dizaines de milliers d’euros pas mois.
J’ai rencontré une personne qui est tombée amoureuse de moi, sans avoir à lui courir après.
J’ai bâti de belles relations d’amitié…
Et j’ai coupé les ponts avec mes relations toxiques.
Bien sûr, le chemin n’est pas terminé.
Et ma vie est loin d’être parfaite.
Mais s’il y a une chose que j’ai appris…
Ce sont ces 5 règles :
– Tu n’es pas responsable du bonheur des autres.
– Les gens qui sacrifient leur vie pour les autres se transforment souvent en victimes aigries et méprisantes.
– Les gens qui font passer leurs propres besoins avant ceux des autres sont de bien meilleure compagnie.
– Être “trop généreux” est une forme de manipulation, qui rend les autres faibles et dépendants.
– Aucun parent, famille, ou proche ne peut être utilisé comme excuse pour ne pas accomplir tes rêves.
Si tu te sens concerné, ce message c’est une bonne nouvelle.
Parce que tu as le pouvoir.
Pas le pouvoir de rendre les autres heureux.
Mais tu peux devenir une personne qui attire les autres et rend leur vie meilleure.
Tu n’as pas de contrôle sur eux… mais tu as le contrôle sur toi-même.
La première étape, c’est de trouver un job que tu aimes.
Arrêter de faire ce que veulent tes parents ou ce qui est le mieux pour ta famille.
Commencer à penser à toi.
Si tu as une passion, il y a un métier en pleine explosion :
Créateur de contenu.
Il suffit de parler ce que tu aimes, et de l’enseigner à ceux qui veulent faire la même chose.
Un des meilleurs formats pour ça, c’est l’email.
Si tu as lu cet email jusque là…
Je n’ai pas besoin de te prouver que les emails sont efficaces.
Les emails accrochent, fidélisent, et vendent.
Plus de 95% des revenus de ma boite proviennent de mes formations.
Et 100% d’entre elles sont vendues en utilisant l’email.
Certains emails me rapportent plusieurs milliers d’euros à eux seuls.
Pour apprendre à remplir ta liste email…
Rédiger des emails qui vendent…
Et construire un système de vente…
J’ai créé un pack de 3 formations premium sur l’email marketing.
Le pack sera retiré de vente très bientôt.
Clique pour voir si c’est toujours dispo : school.antoinebm.com/pack-email
Je t’invite à suivre ces formations attentivement…
Parce que c’est peut-être la première étape de ta nouvelle vie.
À demain,
Antoine