dans Création de contenu, Liberté

Pourquoi les haters sont nécessaires

En vrai, avoir des haters c’est pas si mal.

Si on y pense, qui sont ceux qui n’en ont pas ?
– Les illustres inconnus
– Les dictateurs
– Ceux qui ne s’opposent à rien et ne s’émerveillent pour rien

Même Gandhi et Mère Thérésa sont souvent critiqués !

S’il y a des gens qui te critiquent, c’est que tu as touché là où ça fait mal. Tu as visé juste.

C’est la résistance qui soude une communauté.

S’il n’y a pas de résistance à ce que tu fais, il n’y a pas de soutien.

Pourquoi ?

Parce que l’on soutient ceux qui ont besoin d’être soutenus.

Est-ce que les partis politiques fonctionneraient s’ils n’avaient pas d’ennemis ?

Est-ce qu’un livre se vendrait s’il mettait tout le monde d’accord ?

Est-ce que ton discours porterait s’il n’était pas remis en cause ?

Je ne pense pas.

Le problème, c’est qu’en essayant d’éviter les haters, on abandonne les siens.

Les tiens, c’est ceux que tu as décidé d’aider en démarrant ton projet.

Les haters gagnent s’ils arrivent à transformer ta façon de faire du contenu.

Si à cause d’eux, tu te mets à peser chaque mot, ta priorité n’est plus d’aider les tiens… mais de te faire bien voir des gens qui ne t’aiment pas.

Finalement, les haters sont un peu comme les poissons parasites qui se collent à la peau d’une baleine.

(Oui, c’est une comparaison tordue.)

Si la baleine s’arrêtait pour faire partir chacun de ces poissons, elle n’avancerait plus.

Si par contre, la baleine réalise que ces parasites sont utiles et qu’elle les laisse vivre, elle ira plus vite.

Tes haters sont utiles.

Ils soudent ta communauté.

Ils te mettent en colère, colère que tu peux transformer en énergie créatrice.

Ils te rendent plus fort.

Accepte-les, aime-les, et ils ne pourront plus rien faire pour te destabiliser.

Le podcast du jour : http://makercast.fr/apple

PS : Ce post a été inspiré par un hater. Merci à lui