dans email

On est tous des vendeurs

Surprise.

En me réveillant hier matin, je découvre que l’affaire Lama Fâché a connu un nouveau rebondissement.

Si tu n’as pas suivi et que tu débarques (j’aimerais être à ta place), c’est une histoire de dingue :

Une journaliste de France TV a posté il y a quelques jours sur sa chaîne YouTube une enquête pour découvrir la personne derrière Lama Fâché, une chaîne de tops très populaire en France, qui serait accusée de propager de fausses infos et théories du complot à des enfants.

Si tu ne l’avais pas vu, je t’invite à regarder : youtu.be/U4p7zJnk4iw

Après avoir expliqué que cette chaîne est le cancer de YouTube, la journaliste porte toutes ses suspicions sur un seul nom, Antoine Blanchemaison.

(Au cas où tu ne le saurais pas, c’est moi.)

Alerté par une vague d’accusations et d’insultes reçues de toute part, je regarde la vidéo, médusé, et décide de faire une vidéo réponse en expliquant que le reportage est bidon et ne s’appuie sur aucune preuve.

J’en profite pour montrer comment se propage une fausse rumeur, et pourquoi on peut tous tomber dans le piège.

La vidéo a dépassé les 100.000 vues : youtu.be/UwSB778bDb4

Pendant ce temps, la journaliste qui profite de son premier buzz (+ de 700.000 vues à l’heure où j’écris) ne s’excuse pas, lance une page Tipeee, et a même le culot de m’appeler pour me demander de l’aider à “traquer” le lama et prouver mon innocence. Évidemment, je refuse.

Alors que je considère cette histoire comme terminée… nouveau rebondissement.

Stan Leloup, un ami et collègue infopreneur, qui cartonne avec sa chaîne Marketing Mania, publie une nouvelle vidéo.

Je jubile en voyant son titre : La “justicière” de YouTube accuse un innocent : Les 3 techniques de manipulation de Aude WTFake.

Stan explique comment un reportage journalistique peut propager des informations fausses et être, malgré ça, extrêmement convaincant.

Sa vidéo est à voir ici, et elle est géniale : youtu.be/O82bFS7OVCg

Alors…

Je ne t’envoie pas ce mail pour me plaindre de mes problèmes.

J’ai déjà reçu des centaines de messages de soutien et je tiens à rassurer tout le monde : je vais TRÈS bien.

Ce que je veux te montrer, c’est qu’on est tous des vendeurs.

Le marchand de fruits qui te vante l’origine de ses fraises est un vendeur.

Le professeur qui tente de te montrer que les maths c’est amusant est un vendeur.

La journaliste qui essaye de te vendre son histoire est une vendeuse.

Il n’y a pas d’un côté les gentils qui ne vendent pas, et de l’autre les méchants qui vendent.

Cette vision des choses est dangereuse parce qu’elle permet aux vendeurs malhonnêtes de vendre à notre insu.

Si on pense qu’un journaliste n’est pas un vendeur mais une personne qui cherche simplement la vérité…

On est prêt à croire tout ce qui sort de sa bouche.

Surtout s’il sait vendre.

Personnellement, je me suis toujours méfié des vendeurs déguisés.

Beaucoup de journalistes et de politiciens font partie de cette catégorie.

Les associations à but non lucratif, les entreprises sociales et solidaires aussi.

En fait, dès que quelqu’un n’assume pas son intérêt personnel dans ce qu’il entreprend…

Il y a anguille sous roche.

Parce que oui : une journaliste a plus intérêt à se faire connaitre, à faire parler d’elle, à faire des vues, qu’à dire une vérité dont tout le monde se fout.

Personnellement, je préfère 100 fois passer du temps avec un type qui veut faire un maximum de blé dans le seul but de s’offrir une Ferrari et qui assume.

Parce que ces gens-là, ils ne sont peut-être pas en train de sauver le monde… mais ils sont beaucoup plus sains que certains justiciers.

Alors peu importe ce que tu fais, assume que tu vends.

Assume ton intérêt personnel dans l’histoire.

La plupart des gens n’ont rien contre les vendeurs…

Mais personne n’accepte de se faire tromper.

À demain,

Antoine

PS : Si tu avais raté l’email d’hier, le voici : eepurl.com/gq5s49

Je te donne les résultats de plusieurs années de test pour savoir quelle plateforme vend le plus.

Tu risques d’être surpris…