dans email

Mon dernier voyage en Asie ?

Comme chaque année depuis 3 ans…

Je passe l’hiver au soleil, en Asie du Sud-Est.

Pourquoi toujours le même endroit ?

D’abord, par nostalgie.

C’est ici que j’ai commencé à vivre de mon activité, en 2016.

L’Asie, c’est ce sentiment de liberté et de découverte que j’avais quand je suis venu pour la première fois.

Ensuite, parce que j’ai des amis ici.

Principalement des gens qui bossent sur le web…

Certains avec qui je rigole bien…

D’autres qui m’ont beaucoup appris.

Un de ceux qui m’a beaucoup appris…

C’est un entrepreneur qui s’appelle Jean Rivière.

Il m’a enseigné à travers ses formations des idées et des techniques qui m’ont permis de monter un business qui a littéralement changé ma vie.

Chaque année, je passe le voir au Cambodge.

Et chaque année, j’en profite pour l’interviewer.

On a enregistré ça hier, et c’est déjà en ligne.

Voir la vidéo : youtu.be/tRpJHR6quO0

Je t’ai expliqué pourquoi j’aimais tant cette région du monde.

Mais c’est peut-être terminé…

La raison, c’est que mes voyages en Asie n’ont plus la même saveur.

Même si je suis toujours content de voir du monde…

J’ai perdu ce qui m’avait amené ici au début.

L’Asie du Sud-Est n’a rien à voir avec l’Europe.

Mais elle n’a plus rien d’exotique pour moi.

J’ai appris à voyager seul et au jour le jour.

À me débrouiller sur place. À négocier avec les taxis.

À trouver un bon resto pour le soir.

À éviter soigneusement les usines à touristes.

À ne plus m’étonner de toutes les bizarreries qui défilent sur les routes…

Et à ne plus me choquer de l’extrême pauvreté que l’on voit parfois ici.

L’Asie du Sud-Est, ce n’est plus l’aventure.

Et ça n’a jamais été ma maison.

La fin des voyages ?

J’espère pas.

J’ai encore plein d’endroits à découvrir.

Et pas mal de choses à construire.

Maintenant que j’ai le permis, je voudrais expérimenter les road trips…

Visiter la France qui est finalement l’un des plus beaux pays sur Terre…

Et peut-être vivre quelques temps dans une capitale étrangère, comme New-York ou Tokyo.

Ce que j’ai compris…

C’est que la liberté ne se trouve pas forcément à l’autre bout du monde.

Que ce n’est pas l’endroit où tu vis qui détermine ton bonheur…

Mais plutôt les gens qui t’accompagnent….

Et les choses que tu construis.

Du coup, c’est peut-être mon dernier voyage en Asie.

Enfin, jusqu’au prochain 🙂

Antoine