dans Non classé

J’achète un van pour en faire un studio d’enregistrement sur roues

J’attendais d’en être sûr avant de t’en parler…

Mais maintenant, c’est signé.
Et je suis comme un gamin.

Jeudi, je vais chercher mon California :

Pourquoi un van ?

Depuis quelques mois, j’économise pour m’acheter un appart à Paris et en faire un studio d’enregistrement pour mes vidéos et formations.

Alors que j’avais presque atteint la moitié de mon objectif…
J’ai tout claqué dans un van.


La raison, elle est aussi bête que ça :

Pourquoi acheter un studio qui ne bouge pas…

Quand on peut en avoir un qui nous suit aux 4 coins du monde ?

Mon van, ce sera d’abord ça.

Un studio d’enregistrement avec vue sur la Tour Eiffel, le Mont Blanc, le Grand Canyon ou un volcan islandais.

Le confort au milieu de la bouse

La deuxième raison pour laquelle j’achète un van…

C’est parce que j’ai envie de voyager autrement.

Pendant plus de 3 ans, j’ai visité des dizaines de pays en Europe, en Asie et en Amérique.

J’ai séjourné dans de petites guest houses et des hôtels 5 étoiles…

Mais à la fin, c’est toujours pareil : mon chez moi me manque.


Avoir un van, c’est avoir une petite maison qui te suit partout.

Avec tes affaires, ton/ta conjoint(e) et tes animaux si tu en as.

Ton jardin, il change tous les jours.

Mais ta maison, elle est à toi.

C’est ton cocon douillet qui t’abrite du temps et des dangers.

Avant tout une bonne voiture

Ce que je ne voulais surtout pas, c’était un camping car.

Un camping car, c’est une maison pluggée sur une mauvaise voiture.

C’est encombrant, peu performant, et pas du tout discret.

Tu l’amènes au camping puis tu sors les vélos. Pas question de faire de la route avec.

Et puis, c’est comme s’il y avait écrit « touriste hollandais de 68 ans » sur ton pare-brise…

Zéro sex appeal.


L’autre solution, c’était le fourgon aménagé.

C’est une bonne option pour les budgets serrés.

Tu prends un fourgon, tu l’isoles et tu le transformes (ou tu le fais transformer) en van habitable.

Cherche #vanlife sur YouTube et Instagram et tu trouveras des dizaines d’exemples comme celui-ci :

C’est cool… mais pas pour moi.

D’abord parce que je suis le pire bricoleur/mécanicien au monde.

Et je ne me vois vraiment pas réparer un réservoir d’eau au milieu d’un désert de sel.

Et puis, merde : il faut bien dépenser son argent.

Du coup, j’ai pris l’option « van de papa qui fait sa crise de la cinquantaine ».

Un Volkswagen California 2018 avec boîte auto 150ch (acheté d’occasion mais qui a très peu servi).

Tant pis pour les jolies photos Insta…

Mais au moins, j’ai une bonne voiture.

Vivre dans son van ?

Je ne vais pas rendre mon appart pour vivre dans mon van.

Ce que j’aime et que je cultive dans ma vie depuis quelques temps…

C’est l’alternance liberté / construction.

J’ai besoin de moments complètement à moi, dans lesquels je voyage au jour le jour sans contrainte…

Et j’ai besoin de moments pour construire quelque chose de solide en famille, avec les responsabilités qui vont avec.

Le van, c’est pour la partie liberté.

Je voyagerai dedans quelques mois par an…

Et le reste du temps, il me servira de bureau pour enregistrer mes contenus.

La suite…

C’est toi qui décides :

Si ça t’intéresse de voir comment j’aménage mon van, comment je travaille dedans et de suivre certains de mes voyages…

Dis-le moi en répondant par mail à email@antoinebm.com

Ça peut être amusant de faire quelques vidéos dans mon California.

Si ça n’intéresse personne, je n’en parlerai plus.


En attendant…

Je dois être le seul parisien (idiot ?) avec 3 mois de permis qui utilise un van diesel comme véhicule principal. Oui oui, ne cherche plus : c’est bien moi.


À demain pour de nouvelles aventures,

Antoine