dans email

Ils se moquent de toi (et ils ont raison)

Il y a quelques années…

1 an avant de prendre mon indépendance et de vivre de mes contenus…

J’ai travaillé pour un entrepreneur qui montait des sites web.

C’était un gars vraiment cool, qui avait transformé sa maison en plein Paris en petit espace de coworking.

On était 5, et on s’amusait bien.

Un jour, je suis venu le voir et je lui ai dit que je voulais faire des vidéos.

Il m’a répondu : « Pas de problème. »

(Je t’ai dit… c’est un gars cool.)

Il m’a proposé de faire des vidéos pour son site de télétravail (travailler-a-domicile.fr).

J’ai pris ma petite caméra et je me suis mis à pondre des vidéos sur tous les sujets qui m’intéressaient.

Sur le moment, j’étais persuadé que mes vidéos étaient bonnes.

Mais en les regardant aujourd’hui… je me rends compte à quel point elles étaient mauvaises.

Après un an en alternance chez lui…

Je lui ai annoncé que je voulais arrêter mon école de commerce, partir en Asie et vivre de mes contenus.

Il m’a regardé d’un air amusé et a fait : « Ok. »

(Vraiment un gars cool.)

La suite, tu la connais.

J’ai commencé à créer une vidéo par jour…

À lancer des formations toutes les 2 semaines…

À vivre de mon activité…

Puis à tester d’autres formats et à atteindre des résultats que je ne me serais jamais cru capable d’atteindre.

Pourquoi je te parle de ça aujourd’hui ?

Parce que Christophe (l’entrepreneur en question) vient de poster un article sur son site.

Il fait partie des quelques personnes qui m’ont vu démarrer…

Et il témoigne : http://www.travailler-a-domicile.fr/developpement-personnel/trouver-motivation/croire-en-soi-et-ne-pas-arreter-de-samuser/amp/

Si tu débutes dans ton projet…

Et si en plus tu es jeune comme moi…

Il y a de fortes chances pour que tu sois ridicule.

Et si tu es ridicule…

Des gens se foutront de ta gueule.

Et le pire… c’est qu’ils auront raison.

La difficulté…

C’est de réussir à continuer.

Même quand tu sais, au fond de toi…

Que tes détracteurs n’ont pas entièrement tort.

Que tu es une grenouille qui veut être aussi grosse que le boeuf.

Que tu parles d’un sujet que tu ne maîtrises pas.

Que tu n’es personne pour donner des conseils…

Mais le truc, c’est que…

Tu ne peux pas devenir bon sans passer par le ridicule.

Tu ne peux pas sauter cette étape, et en un claquement de doigts, avoir confiance en toi, faire des vidéos intelligentes et changer le monde.

Il faut commencer par être mal à l’aise, ridicule, et être suivi par 3 tondus.

C’est le prix à payer.

Le truc pour ne pas abandonner ?

Ce n’est pas de devenir moine Bouddhiste et d’éclater son égo à la pioche.

Je pense que l’égo est au contraire l’un des meilleurs moteurs pour avancer.

Parce que tu veux tellement leur prouver…

Que tu finis par y arriver.

La solution, c’est plutôt…

De prendre tout ça comme un jeu.

Avec une certaine malice et beaucoup d’auto-dérision.

De conquérir avec le sourire aux lèvres et en dansant devant l’adversaire.

De faire ce que les gros ne sont plus capables de faire :

Être con.

Les cyniques et les haters se cachent derrière un masque souriant…

Pour cacher une profonde tristesse.

Mais tu le sais : un projet fou impose de la folie.

Quand tu annonces à tes parents que tu quittes tout, et que tu pars tout seul au Sri-Lanka pour parler devant une Go-Pro et filmer des bonobos…

Mieux vaut ne pas être trop sérieux.

Si on se moque de toi…

Accepte-le et ris avec les autres.

Mais continue chaque jour à avancer un petit peu.

Et un jour, ils seront surpris de voir où tu en es.

Une bonne manière d’avancer…

C’est de créer un contenu par jour.

De se concentrer sur une seule chose jusqu’à ce que ça marche…

Au lieu de s’éparpiller et de chasser les projets comme on chasse des papillons.

Ma méthode, je te la donne dans cette formation : school.antoinebm.com/gagner-sa-vie-en-envoyant-1-email-par-jour?coupon=2019

Tu as encore droit à 145,00€ de réduction avec le code « 2019 ».

Seulement jusqu’à samedi.

Allez, je file.

J’ai un taxi qui m’attend pour aller à Ubud (ma deuxième destination à Bali).

On se retrouve demain.

Antoine