dans email

Es-tu illettré ?

Il y a quelques années, je suivais un blogueur français qui me fascinait.
Je me demandais où il trouvait toutes ses idées géniales…
Alors que moi, j’avais beaucoup de mal à en avoir de nouvelles.
J’enviais ses superpouvoirs.
Un jour, il mentionna dans un de ses articles un blogueur américain.
Par curiosité, j’ai cliqué sur le lien et j’ai atterri sur son blog…
Ce que j’ai vu m’a abasourdi.
Toutes les « idées géniales » que j’attribuais à ce blogueur français…
Il les avait simplement trouvées sur ce blog.
Traduites, adaptées, et parfois simplement copiées-collées.
Tout y était.
Finalement, j’ai compris que son seul superpouvoir…
C’était de comprendre l’anglais.
Beaucoup de blogueurs, de Youtubeurs ou d’auteurs passent pour des précurseurs…
Alors qu’ils se contentent de répéter ce que disent les Américains.
Comprendre l’anglais est une aubaine pour eux…
Dans un pays où cette langue est aussi bien maîtrisée que le chinois.
La France est le 35ème Pays d’Europe en termes de niveau d’anglais, juste devant la Biélorussie, l’Ukraine et l’Azerbaïdjan…
C’est le 8ème pays le plus mauvais du continent.
Le problème, c’est que ça nous isole…
Ça nous empêche de prendre du recul sur notre culture…
Ça nous fait passer à côté de milliers d’auteurs fascinants…
Et ça nous incite à admirer des imposteurs qui n’ont pas d’autre qualité que celle de maîtriser l’anglais mieux que nous.
Protéger notre langue, c’est une chose.
Mais ignorer l‘anglais, c’est une erreur.
Les Québécois l’ont compris, et bien qu’ils soient tous bilingues, ils continuent à faire vivre le français.
Alors c’est vrai : en France, on n’a pas besoin de parler anglais pour survivre.
Mais refuser d’améliorer son anglais, c’est faire de tristes choix :
– C’est faire le choix d’être dépendant de la presse française pour se faire une opinion sur le monde, sans jamais connaître le point de vue des autres pays…
– C’est faire le choix de ne lire que des oeuvres françaises ou traduites, et passer à côté de milliers de pépites qui pourraient changer notre vie…
– C’est faire le choix de ne jamais voyager loin (ou seulement accompagné) et passer à côté d’expériences de vies extraordinaires…
– C’est faire le choix de ne jamais voir un film américain tel qu’il a été conçu et voulu par le réalisateur…
– C’est faire le choix de n’utiliser que 1% d’internet…
– C’est faire le choix de la fermeture d’esprit.
Ne pas parler anglais, c’est faire partie d’une petite tribu fermée sur elle-même, dépendante des traducteurs pour s’ouvrir au monde, dont les possibilités et la liberté sont extrêmement restreintes.
Ne pas parler anglais, c’est l’équivalent de l’illettrisme, au 21ème siècle.
Alors oui…
La plupart des Français n’ont pas CHOISI de ne pas parler anglais.
Ils l’ont subi, par une éducation qui n’a jamais vraiment pris ça au sérieux en dehors des grandes écoles…
Et par un environnement confortable dans lequel la maitrise de l’anglais est perçue comme un luxe réservé aux prétentieux.
Mais tu le sais comme moi : il ne faut pas compter sur les autres pour s’améliorer.
Si tu as du mal avec l’anglais…
Voici quelques idées.
D’abord, oublie tes cours d’anglais du lycée.
La bonne façon d’apprendre une langue, c’est par envie et curiosité.
Si la curiosité te pousse à regarder 3 saisons de Game of Trones en un week-end, regarde-les en anglais.
Au début, tu peux mettre les sous-titres en français.
Puis en anglais.
Puis plus de sous-titres.
Utilise tes addictions existantes.
Si tu passes 2 heures par jour sur Twitter, commence à suivre des comptes anglophones.
Si tu es passionné par les avions, lis des blogs en anglais.
Si ton truc, c’est le marketing, sache que les meilleurs bouquins sur le sujet sont américains et n’ont jamais été traduits.
La plupart des thématiques comptent beaucoup plus de contenu de qualité en anglais qu’en français.
Utilise ton appétit naturel pour les contenus qui te passionnent pour apprendre l’anglais.
Change ta langue par défaut.
C’est tout bête, mais ça change tout.
Le meilleur moyen de changer une habitude, c’est de changer son identité.
Quelqu’un qui se considère comme « non-fumeur » arrivera plus facilement à arrêter de fumer, et quelqu’un qui se considère comme « sportif » arrivera plus facilement à faire du sport.
Considère qu’à partir de maintenant, l’anglais est ta langue maternelle.
Peu importe ton niveau.
Comme toute personne dont l’anglais est sa langue maternelle, change la langue par défaut de ton téléphone pour l’anglais. Pareil pour ton ordinateur et tous tes appareils électroniques.
Regarde toujours des films en VO, remplace ton pays par USA sur YouTube, et remplace Le Monde par le New York Times.
L’anglais ne doit plus être vu comme cette matière ennuyeuse enseignée par des profs austères…
Mais comme une clé qui ouvre les portes d’un monde nouveau et excitant.
Apprendre l’anglais, c’est faire tomber les murs autour de soi pour se retrouver dans une pièce infiniment plus spacieuse, plus respirable, et plus amusante.
Alors n’utilise plus jamais ton niveau d’anglais comme une excuse.
Antoine
PS : L’année dernière, j’ai annulé ma participation en tant que speaker à un TEDx parce que je considérais ne pas être assez bon en anglais. Je regrette cette décision, et c’est pour cette raison que je t’écris ce mail avec le cœur.