Catégories
email

Ce qui fait un bon vlog

Récemment, je me suis remis aux vlogs voyages.

À en juger par les commentaires, les vidéos plaisent.

Des vlogs, j’en ai fait des centaines il y a quelques années.

J’ai appris beaucoup de choses là-dessus.

En voici quelques unes :

1) Raconter une histoire

Il n’y a pas de bon vlog sans une histoire bien racontée.

L’histoire n’a pas besoin d’être extraordinaire et tu n’as pas besoin d’être un héros.

L’important, c’est de bien la raconter. Et d’en tirer un message.

Pour moi, les histoires « creuses », celles que tu suis mais qui ne t’apprennent rien n’ont pas beaucoup de valeur.

Mes vlogs ne servent pas à divertir, mais à donner envie aux gens de se lancer, de leur montrer à quoi peut ressembler la liberté quand on s’en donne les moyens.

Le but est aussi de partager les leçons que j’apprends sur les routes, parfois lors d’expériences difficiles.

Si tu veux faire des vlogs utiles et passionnants, raconte des histoires et tire-en des leçons.

2) Ne montrer que ce qui est intéressant pour l’histoire

Une erreur que j’ai beaucoup fait…

C’est de vouloir en montrer trop.

J’appelle ça le syndrome de l’instagrammeur.

On commence par publier quelques photos de vacances…

Et on finit par partager chaque détail de sa vie, de ce qu’il y a dans notre assiette à l’heure à laquelle on va aux toilettes.

C’est ce qu’on pourrait appeler le FONTE (Fear Of Not Telling Enough)…

La peur de ne pas en dire assez, de ne pas montrer chaque détail sympa de notre voyage, la peur que les gens ne se rendent pas compte à quel point notre vie est géniale…

Vis ta vie pour toi. Ne gâche pas chaque bon moment en interposant une caméra entre toi et ton plat de pâtes.

Ton vlog est une histoire scénarisée, construite, avec un objectif en tête. Ce n’est pas un documentaire sur ta vie.

3) Utiliser une voix-off

J’avais déjà fait l’expérience il y a quelques années et ça a donné mes meilleurs vlogs.

L’idée est aussi vieille que les documentaires : alterner les moments d’action (en filmant l’instant) et les moments de réflexion (en utilisant la voix-off).

L’avantage de la voix-off, c’est qu’elle permet d’écrire ses textes à l’avance.

De structurer sa pensée, de rester concis, et d’habiller le vlog.

Comme tu l’enregistres après, elle apporte des éléments aux vlog que tu n’avais pas à l’instant où tu tournais.

Elle peut combler les trous présents dans ton histoire…

… ou parler des leçons que tu en a tiré.

C’est un vrai plus, que j’ai longtemps sous-estimé.

4) Laisser le temps de respirer

Un vlog n’est pas une course.

Le but n’est pas d’en montrer un maximum en un minimum de temps.

Si un plan est beau, laisse le temps à ton audience de l’admirer.

Si un plan ne sert à rien, supprime-le.

Et par pitié, n’utilise pas ces musiques techno insupportables et sans âmes que l’on entend en boucle chez les youtubeurs fitness.

5) Construire son vlog comme une veillée scout

Lorsque j’étais scout, chaque patrouille devait créer une veillée pendant le camp d’été.

Il y avait des jeux, des chants, et des histoires racontées au coin du feu.

On nous apprenait à contrôler l’ambiance de la soirée.

Il fallait commencer par chauffer l’auditoire avec un rythme de plus en plus intense, atteindre une sorte de climax au milieu de la soirée, puis terminer à nouveau en douceur (avec une chanson calme par exemple) avant d’aller dormir.

Ce framework fonctionne aussi pour les vlogs.

Ce qui marche bien, c’est de commencer par une intro qui donne envie d’en voir plus…

De succéder les événements marquants et les musiques intenses jusqu’à atteindre un point culminant…

Puis de terminer par un moment plus doux, une musique calme, en partageant un moment émotionnel par exemple.

Si tu veux faire chauffer la machine à pouces bleus, fait passer ton audience par un véritable ascenseur émotionnel.

Le vlog, ce n’est pas forcément un format pour toi.

Si tu n’es pas à l’aise dedans, ne te force pas.

Mais si c’est ton truc, c’est un excellent moyen :

  • De faire de l’audience

  • De faire passer tes grandes idées

  • De donner envie aux gens de passer à l’action et d’acheter tes produits.

C’est bon pour ton business…

Et c’est amusant à créer.

À demain,

Antoine

Par Antoine BM

Depuis 2015, je gagne ma vie en aidant les gens à prendre leur liberté.

Je suis l’auteur d’une chaîne YouTube à 135 000 abonnés sur le business et la vente, et j’ai vendu pour plus d’1,3 millions d’euros de formations en ligne.

Aujourd’hui, je partage mes idées dans ma newsletter quotidienne.

Je suis un introverti, passionné par les idées contrariennes, la psychologie humaine et la vente.

Je voyage la moitié de l’année, et je vis le reste du temps à Paris.