Réécrire le code

En cherchant à résoudre nos problèmes, on a créé des monstres.

Que l’on soit un individu, une entreprise ou une société, c’est la même chose.

On commence avec quelque chose de simple, puis on ajoute des couches de complexité.

Comme dans un vieux logiciel.

Avec le temps, les menaces, les bugs et les nouveaux besoins des utilisateurs, on ajoute des patchs chaque année.

On crée un monstre de code, qui plante toutes les 3 secondes, et qui est devenu incompréhensible.

On crée Windows Vista…

Alors qu’il faudrait réécrire le code.

Toi aussi, tu peux réécrire le code de ta vie.

Et ça commence toujours par éliminer.

On se débarrasse de ce qui nous encombre. On le remplace par quelque chose de plus simple.

Si tu veux dépenser moins, tu peux commencer par supprimer tous tes abonnements inutiles et passer chez une banque plus simple, qui te donne une bonne visibilité sur tes comptes.

Si tu veux mieux travailler, tu peux commencer par éteindre ton téléphone et ranger ton appartement.

Si tu veux mieux manger, tu peux commencer par éliminer les produits transformés et les remplacer par des produits simples et naturels, que tu vas préparer toi-même.

On cherche toujours la solution dans un nouveau patch à ajouter. Dans de nouvelles lois. Dans de nouvelles lignes de code.

Alors qu’il suffirait d’éliminer des choses. De simplifier les lois. De réécrire le code.

On en parle pendant 18 minutes dans le podcast du jour :
https://soundcloud.com/makercast/la-simplicite-est-la-cle

Déchaîné, le podcast d'Antoine BM

Un podcast chaque matin rempli d'idées pour apprendre à vendre, changer de vie, et gagner sa liberté :

Vous recevrez le podcast par email. Vos informations resteront privées et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Défi : écrire 7 articles en 3 heures

Tu me connais peut-être comme le relou de service qui te répète à longueur de temps qu’il faut faire du contenu quotidien.

« C’est facile pour lui, il ne fait que ça de ses journées. »

C’est vrai. Et si toi aussi tu veux pouvoir te permettre de n’avoir que ça à faire de tes journées, écoute bien ce qui suit :

Le contenu quotidien, c’est le meilleur moyen de se bouger si tu est flemmard comme moi.

Tu prends un rythme, tu développes une habitude, tu progresse vite et tu te motives.

Les idées se bousculent dans ton cerveau, tu n’as pas assez d’un contenu par jour pour toutes les exprimer, partager devient addictif.

Le contenu quotidien, c’est entrer dans la vie de ton audience par la grande porte. Tu es celui où celle qu’ils écoutent au petit dej, dans la voiture, parfois aux toilettes.

Tu es là tous les jours. Tu fais partie de leur vie et tes idées deviennent leurs idées.

La personne qu’ils iront voir lorsqu’ils auront besoin d’aide, c’est toi. Les produits qu’ils achèteront, ce seront les tiens.

Mais alors…

Que se passe-t-il quand tu as habitué ton audience à du contenu quotidien et que tu sais que tu ne pourras pas en faire cette semaine ?

C’est mon cas aujourd’hui. Je pars pour une semaine de bateau avec des amis, et je me vois mal enregistrer mon podcast sur la mer.

Du coup, je me suis lancé un défi train.

En 3 heures de train, rédiger 7 articles. Et les programmer pour qu’ils soient publiés jours après jour.

Deadline courte, défi pas évident, motivant pour travailler.

Et je suis toujours là, chaque jour, pour les gens qui me suivent et qui ont besoin de leur dose.

Travailler 100% sur iPhone ?

J’écris cette note avec mes pouces. 

Oui oui, avec les pouces.

J’avais pourtant bien pris mon iPad dans le TGV Paris – La Rochelle, mais je le laisse posé sur la table.

J’ai voulu écrire cet article dessus, mais j’étais obligé de m’avancer pour atteindre la tablette, et mon voisin de siège pouvait voir tout ce que j’écrivais.

Pas top.

Alors j’ai saisi mon iPhone, j’ai ouvert l’app Notes, et j’ai commencé à taper. Avec mes pouces.

Cela à plusieurs avantages :

  • Les gens pensent que tu envoies un texto. Ils ne penchent pas la tête pour voir ce que tu fais.
  • Avec l’habitude, c’est carrément rapide de taper avec les pouces. Peut être même plus que sur un clavier d’ordinateur.
  • La fonction 3D Touch te permet en une pression de déplacer le curseur et d’éditer ton texte facilement.

Le smartphone, c’est vraiment une boite magique. 

Tu peux capturer tous types d’éléments (images, son, texte, position), les traiter, et les publier.

Pour un créateur de contenu, c’est suffisant.

Tu peux enregistrer des vidéos avec la caméra. L’idéal est de brancher un micro cravate et de positionner l’iPhone au bout d’une perche à selfie.

Tu peux aussi les monter avec iMovie, et les publier sur YouTube.

Tu peux enregistrer un podcast avec un micro externe (Shure ou Blue Raspberry), le monter sur Ferrite et l’uploader partout avec Auphonic.

Tu peux écrire un article sur Notes ou Bear et le publier sur Medium ou Facebook.

Tu peux faire de belles photos, les éditer sur VSCO ou Pixelmator, avant de les poster sur Instagram.

Tu peux enregistrer des formations vidéo ou audio, et les mettre en vente sur Selz ou Coach.

Tu peux aussi lire un bon livre avec l’app Kindle ou écouter un bon MAKER cast 😉

Dans certains cas, c’est plus rapide et plus puissant qu’un ordinateur.

Ce qui est génial, c’est que cet outil de travail universel, tu l’as toujours sur toi, et tu peux l’utiliser sans que tout le monde te regarde.

Bien sûr, tu ne vas pas remplir des tableaux Excel avec, ni monter le prochain Spielberg.

Mais tu es capable de beaucoup plus que de scroller sur Facebook ou d’envoyer des snaps.