Catégories
Efficacité

Travailler 100% sur iPhone ?

J’écris cette note avec mes pouces. 

Oui oui, avec les pouces.

J’avais pourtant bien pris mon iPad dans le TGV Paris – La Rochelle, mais je le laisse posé sur la table.

J’ai voulu écrire cet article dessus, mais j’étais obligé de m’avancer pour atteindre la tablette, et mon voisin de siège pouvait voir tout ce que j’écrivais.

Pas top.

Alors j’ai saisi mon iPhone, j’ai ouvert l’app Notes, et j’ai commencé à taper. Avec mes pouces.

Cela à plusieurs avantages :

  • Les gens pensent que tu envoies un texto. Ils ne penchent pas la tête pour voir ce que tu fais.
  • Avec l’habitude, c’est carrément rapide de taper avec les pouces. Peut être même plus que sur un clavier d’ordinateur.
  • La fonction 3D Touch te permet en une pression de déplacer le curseur et d’éditer ton texte facilement.

Le smartphone, c’est vraiment une boite magique. 

Tu peux capturer tous types d’éléments (images, son, texte, position), les traiter, et les publier.

Pour un créateur de contenu, c’est suffisant.

Tu peux enregistrer des vidéos avec la caméra. L’idéal est de brancher un micro cravate et de positionner l’iPhone au bout d’une perche à selfie.

Tu peux aussi les monter avec iMovie, et les publier sur YouTube.

Tu peux enregistrer un podcast avec un micro externe (Shure ou Blue Raspberry), le monter sur Ferrite et l’uploader partout avec Auphonic.

Tu peux écrire un article sur Notes ou Bear et le publier sur Medium ou Facebook.

Tu peux faire de belles photos, les éditer sur VSCO ou Pixelmator, avant de les poster sur Instagram.

Tu peux enregistrer des formations vidéo ou audio, et les mettre en vente sur Selz ou Coach.

Tu peux aussi lire un bon livre avec l’app Kindle ou écouter un bon MAKER cast 😉

Dans certains cas, c’est plus rapide et plus puissant qu’un ordinateur.

Ce qui est génial, c’est que cet outil de travail universel, tu l’as toujours sur toi, et tu peux l’utiliser sans que tout le monde te regarde.

Bien sûr, tu ne vas pas remplir des tableaux Excel avec, ni monter le prochain Spielberg.

Mais tu es capable de beaucoup plus que de scroller sur Facebook ou d’envoyer des snaps.

La Newsletter d'Antoine BM

Recevez mes emails remplis d'astuces pour monter votre activité en ligne, battre des records de vente et gagner votre liberté...

Les emails sont gratuits, vos informations resteront privées et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Catégories
Création de contenu

Le danger de la critique

J’adore Céline. Non, je ne parle pas de la chanteuse.

Voyage au bout de la nuit m’a foutu une claque.

Ce mec était un génie lorsqu’il s’agissait de mettre des mots sur des choses que l’on ressent tous, qui nous rongent, et qui sont difficiles à expliquer.

Céline avait cette capacité à traduire le réel en mots, sans tomber dans la grandiloquence littéraire.

On sentait aussi chez lui une grande empathie.

Pourtant, seulement quelques années après, ce même auteur soutiendra le régime Nazi et écrira des horreurs antisemites.

Dieudonné était un de mes humoristes préférés, qui avait un talent immense pour démontrer l’absurde et faire rire. 

Pourtant, il s’est enfermé dans une escalade de haine et de frustration qui l’a mis au ban de la société.

Ces deux auteurs, bien que très différents, ont deux choses en commun :

  1. Ils étaient très talentueux
  2. Ils ont été la cible de critiques qu’ils n’ont pas supporté.

Céline d’abord plébiscité par la presse, a vu les critiques pleuvoir et les ventes baisser lors de la parution de son deuxième livre.

Dieudonné, promis à une grande carrière d’humoriste, a fait une blague qui est mal passée, lançant une polémique.

Céline aurait pu accepter les critiques, passer à autres chose, et réaliser un nouveau chef d’œuvre.

Dieudonné aurait pu s’excuser et continuer à faire rire.

Je pense qu’aucun des deux n’étaient antisemite au départ.

Céline a défendu Émile Zola dans un discours commémoratif, et Dieudonné a travaillé des années avec un juif, qui était aussi l’un de ses meilleurs amis.

Ce qu’il s’est passé, c’est qu’ils n’ont pas supporté la critique. Ils ont voulu y répondre en gardant leur fierté, et se sont peu à peu murés dans la haine.

 

Pourquoi je te raconte ça ?

Parce qu’en tant que créateurs de contenu, on est sans arrêt sous le feu de la critique. Avec les dislikes, les commentaires, et les « justiciers du web » (journalistes et youtubeurs moralisateurs), on est dans le viseur.

Et on peut à tout moment se faire shooter.

Se faire shooter, c’est subir la critique de trop, la prendre personnellement, et sentir ce désir de vengeance qui monte en nous.

Ce besoin de répondre, de leur prouver qu’ils ont tord.

C’est dangereux.

C’est en partie pour cette raison que j’ai arrêté YouTube, Twitter, les commentaires et tout le bruit des réseaux sociaux.

Je vois les dangers de l’exposition à la critique, et je ne veux pas en être une nouvelle victime.

Catégories
Liberté

Une vie de luxe 

Quelques jours avant mon retour de Miami, je me suis fait plaisir.

J’ai réservé 2 jours dans un bel hôtel avec une grande piscine.

Sur la façade, sur les bouteilles d’eau, les serviettes, les shampoings et les chaussons, le même nom : Trump.

Pour beaucoup de gens, c’est ça le luxe.

Des dorures, un grand lit, une piscine chauffée, un jacuzzi, du personnel et un peignoir.

Pour d’autres, c’est une belle voiture ou un bijou qui scintille.

Pour moi, tout ça n’est pas du luxe. C’est de la décoration.

Bien sûr, c’est bien d’avoir une voiture qui va vite et une maison avec 12 lavabos.

Mais ta voiture restera limitée à 130 sur l’autoroute et tu continuera à te brosser les dents au dessus d’un seul lavabo.

La décoration, c’est pour faire joli quand tes amis viennent à la maison.

Le luxe, c’est d’avoir le choix. 

Choisir à quel endroit tu vas vivre.

Choisir comment tu vas gagner ta vie.

Choisir avec qui tu veux travailler.

Choisir ce que tu ne veux pas faire. Et ne pas le faire.

Le luxe, ce n’est pas la Lamborghini. C’est le choix d’en avoir une dans son garage.

De fait, l’argent est un luxe. Parce qu’il nous donne du choix.

Mais si le prix à payer est de faire un boulot que tu n’aimes pas, avec des gens que tu ne supporte pas, pour vivre dans un endroit dans lequel tu t’ennuies…

Ce n’est pas du luxe.

L’erreur est de confondre le luxe avec la décoration.

Le luxe est plus rare, mais tellement meilleur.