Catégories
Non classé

Apprendre le storytelling : 4 étapes pour captiver une audience

Le storytelling est une arme marketing ultrapuissante qui peut littéralement TRANSFORMER votre business.

Des marques légendaires comme Apple se sont bâties grâce à lui.

Voici les 4 étapes pour apprendre à raconter des histoires captivantes au service de votre marque.

Qu’est-ce que le storytelling ? (définition)

Le storytelling, c’est l’art d’utiliser le mécanisme d’une histoire (l’art du conte) pour faire passer un message.

C’est une technique de communication très utile en marketing.

Elle peut permettre de :

  • Se démarquer
  • Convaincre quelqu’un
  • Réussir un entretien d’embauche
  • Captiver un public
  • Développer une audience fidèle
  • Rendre des contenus addictifs
  • Mieux vendre des produits

Comment faire un bon storytelling ?  

Pour réussir son storytelling, vous devez apprendre à raconter de bonnes histoires.

Des histoires qui font passer un message en réussissant à capter l’attention des gens, et à la conserver.

Il faut réussir à captiver, passionner, fasciner les gens à travers des histoires pour qu’ils consomment votre contenu jusqu’au bout, et pour qu’ils en redemandent.

Pour ça, il vous faut :

1 – Choisir ce que vous allez raconter

  • Une anecdote (Comment X a changé ma vie)
  • Une étude de cas (Les résultats que j’ai obtenu grâce à X)
  • Un exemple…

2 – Choisir votre héros

  • Votre histoire personnelle (Comment j’ai découvert X)
  • Quelqu’un que vous avez rencontré
  • L’histoire de votre marque

3 – Présenter votre histoire comme une quête

Cliquez ici pour recevoir le Kit de Démarrage

Pourquoi ?

Parce que les quêtes sont des histoires terriblement accrocheuses.

Pour transformer votre histoire en quête, vous devez partir du schéma narratif que vous avez peut-être déjà étudié au collège :

Situation initiale, élément perturbateur, péripéties, résolution, situation finale.

Et l’adapter un peu en suivant 4 étapes.

La méthode en 4 étapes pour captiver une audience

Étape n°1 : partir d’une vision

Il faut toujours partir d’une situation initiale.

À celle-ci va venir s’ajouter un objectif que le héros de votre histoire va vouloir atteindre au travers d’une quête.

Mais attention :

Ça ne doit pas être un petit objectif.

Il doit être GRAND.

Quelque chose d’ambitieux derrière lequel se trouve une vision.

C’est-à-dire quelque chose qui va au-delà, qui transcende la réalisation de l’objectif lui-même.

C’est cette vision — que vous n’allez pas garder pour vous, mais que vous allez partager à votre audience —, qui rend votre entreprise ou vos contenus tellement plus attirants.

C’est ce qui fait passer ce que vous faites de banal à extraordinaire.

C’est ce qui suscite des enjeux émotionnels.

Et qui donne envie aux gens de s’identifier.

Comment trouver sa vision ?

Il y a toujours un élément déclencheur à l’origine d’une quête.

Donc pour déterminer votre vision, demandez-vous :

  • Quel événement marquant me pousse à agir maintenant ?
  • Comment j’en suis arrivé là ?
  • Qu’est-ce qui m’a fait changer d’avis

Et aussi :

  • Pourquoi je fais ce que je fais ?
  • Quel est le but ultime de mes contenus ou de mes produits ?

Exemples de vision :

  1. La vision d’Antoine BM, le créateur de ce blog, lui vient du fait qu’il rêvait de devenir journaliste plus jeune. Et quand un jour il a eu l’occasion de faire un stage de journalisme (élément déclencheur), il s’est rendu compte que les journalistes ne gagnent pas un rond et qu’ils ne sont pas libres. La vision qu’Antoine a partagée à son audience, dès le début de sa chaîne YouTube, c’est sa volonté de bâtir un monde dans lequel les gens seront plus libres (sa quête).
  2. La vision de Steve Jobs vient du fait qu’il a arrêté ses études pour monter sa boîte parce que les études coûtaient trop cher (élément déclencheur). La vision de Steve Jobs pour Apple était au-delà du simple fait de vendre des ordinateurs. Ce qu’il voulait, c’était « changer le monde » en mettant un ordinateur personnel dans chaque foyer américain (sa quête).

Étape n°2 : dresser des obstacles

Ce qui va rendre votre histoire passionnante, ce sont les difficultés que vous avez rencontrées, et celles que vous allez rencontrer au quotidien au cours de votre quête.

C’est le sel de votre récit.

Ces obstacles ont 3 vertus :

  1. Ils provoquent l’empathie chez les autres et vous rendent plus humain.
  2. Ils permettent aux gens de s’identifier (si lui il l’a fait, alors pourquoi pas moi ?)
  3. Ils sont divertissants.

C’est sur ce principe que fonctionnent les bonnes séries :

Le héros a un but et plus c’est difficile pour lui de l’atteindre, plus il y a du suspense, et plus on a envie de voir comment il va s’en sortir.

C’est ce qui rend un programme addictif.

Si tout était facile, on s’ennuierait et l’on passerait à autre chose.

Comment utiliser la force des obstacles à votre avantage ?

Ne cherchez pas à cacher les difficultés que vous rencontrez.

Au contraire, parlez-en. Mettez-les en avant même.

Vous pouvez évoquer les difficultés que vous avez connues dans le passé (comme Elon Musk qui n’a pas hésité dans sa biographie à parler du fait qu’il a failli faire faillite).

Et surtout, celles que vous rencontrez au quotidien.

Montrez ensuite les actions que vous mettez en œuvre pour les dépasser.

Exemple d’obstacles :

La FamilyCoste n’a pas hésité à mettre en avant dans son vlog de voyage les galères qu’elle a rencontrées, ce qui a rendu leurs aventures bien plus intéressantes que si tout avait été parfait.

Étape n°3 : parvenir à une résolution

Toute bonne histoire a un début et une fin.

En storytelling, une boucle ouverte doit être fermée.

L’esprit humain a mentalement besoin que quelque chose qui a démarré se termine.

C’est ce qui fait que quand on accroche sur une série, on ne peut pas s’empêcher de regarder toutes les saisons.

Utilisez-le à votre avantage pour capter l’attention dès que vous en avez l’occasion.

Lors que vous donnez une conférence par exemple, n’hésitez pas à démarrer une histoire au début et à dire comment elle se termine seulement à la fin de votre intervention, afin de garder votre public attentif jusqu’au bout.

Comment terminer une histoire ?

Après avoir mis en avant toutes les péripéties, avoir fait grimper le suspense, vous devez atteindre le climax (= le point ultime de votre récit), puis enfin vous allez clore votre histoire.

Vous avez alors 2 choix :

  • L’histoire se finit bien : vous réussissez et, dans ce cas, vous devez montrer comment vous avez trouvé la solution
  • L’histoire ne se finit pas bien : vous échouez et, dans ce cas, vous devez montrer pourquoi ça n’a pas marché

Exemple de résolution :

Cette vidéo faite par Antoine BM, en reprenant l’exemple de Casey Neistat, vous montre un exemple de Storytelling efficace, du début de l’histoire jusqu’à son point de chute :

Étape n°4 : en tirer une leçon (ou une morale)

L’idée enfin c’est de transformer votre histoire en un message applicable.

Moi j’ai vécu ça. Voilà ce que j’en ai retiré…

L’histoire n’est que le décor derrière lequel se cache un apprentissage.

Dans le célèbre livre pour apprendre à écrire des scénarios Save the Cat, on vous explique que, pour raconter une bonne histoire, vous ne devez pas seulement choisir des personnages et une trame, on vous demande aussi de réfléchir à un thème qui est la leçon de vie que votre héros devra apprendre pour parvenir à résoudre ses problèmes.

C’est quelque chose de très puissant en marketing.

Dans une page de vente par exemple, votre leçon peut se transformer en appel à l’action pour inciter à acheter vos produits.

Plutôt que de dire : « achetez mon produit, il est génial ! »

Vous pouvez utiliser une histoire pour que votre prospect s’identifie à vous :

« Moi je suis parti de là, comme vous… Ces problèmes je l’ai connais… Voilà ce que j’ai enduré… »

Puis, à la fin, transformer votre leçon en appel à l’action :

« Voilà comment je m’en suis sorti… La leçon que j’en ai retirée c’est que… Et mon produit va vous permettre d’appliquer ce que j’ai appris… de manière plus rapide/facile/efficace… »

Sachez aussi que votre leçon peut être plus ou moins explicite, et que parfois elle peut être contenue dans votre quête.

Si vous regardez le contenu d’Antoine BM par exemple, il y a parfois des messages très explicites sur la liberté comme dans Pourquoi le salariat rend malheureux ? :

Mais, même dans ces vidéos qui ne semblent rien à voir avec ce sujet, on retrouve un message implicite sur ce thème.

Comme dans sa vidéo « Le meilleur micro sans fil dans une interview » (voir ci-dessous) dans laquelle il parle implicitement de liberté à travers le prisme du matériel qui, en étant plus simple d’utilisation et plus pratique, lui facilite la vie et lui permet de se concentrer sur ce qu’il aime (la création de contenu) plutôt que sur la technique :

Comment faire pour déterminer la leçon de votre histoire ?

En vous posant les questions suivantes :

  • Qu’est-ce que j’ai retenu de ça ?
  • Qu’est-ce que je peux appliquer suite à ça ?

Exemple de leçon :

Dans son célèbre discours de Stanford, Steve Jobs raconte notamment comment il a frôlé la mort, et la leçon qu’il en a tirée c’est : « Notre temps est limité, alors ne le perdez pas à vivre la vie de quelqu’un d’autre… Restez affamés ! Restez fou !») :

Cliquez ici pour recevoir le Kit de Démarrage

Par Anthony Courtois

Rédacteur officiel du blog d'Antoine BM, Anthony aide Antoine à transmettre sa méthode sur son blog pour vous aider à vivre une vie plus libre.

Anthony est rédacteur web SEO et Copywriter.

Pour des besoins en rédaction ou du coaching, vous pouvez le contacter à : anthony[a]motsdeconversion.com

12 réponses sur « Apprendre le storytelling : 4 étapes pour captiver une audience »

Merci Antoine et Anthony … ma matinée a été éclairée par cet article dont je vais me servir sûrement beaucoup .
Car je suis nouvelle dans cet art
Et moi comment puis je vous aider ?
Nicole

Notre cerveau est fait pour retenir des histoires, depuis toujours. C’est très puissant !

Depuis que je donne des conférences sur le partage et l’innovation sous forme d’histoires j’ai des retours incroyables !

Un petit truc quand il s’agit de vendre un produit / service : à moins de vraiment faire tourner tous ses produits autour de soi, je vous conseille de choisir un client comme héros, qui, grâce à votre aide, a surmonté son épreuve.

Bonjour Antony et Antoine,
Article très intéressant !
Je vais m’appuyer sur ces conseils pour mes prochains articles de blog. J’ai fais à peu prés cela dans un de mes articles avec une histoire de voiture.
Merci beaucoup pour ces conseils très concret !
Bonne journée

Article très intéressant! Informations simples à comprendre et je pense faciles à appliquer soi-même. Il faut juste se lancer ! Merci pour ce guide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.