dans Non classé

Agir vite et réfléchir après

J’ai remarqué un truc…

C’est que les meilleures décisions de ma vie ont été des décisions déraisonnables prises sur un coup de tête.


Stopper mes études pour vivre de mon blog…

Partir seul à l’autre bout du monde pour une durée indéterminée à 21 ans…

Arrêter du jour au lendemain un format qui marchait (le blog et la vidéo) pour me lancer dans un format dont je ne connaissais rien (l’audio et l’email)…

Acheter un chat, puis un chien alors que je voyage plusieurs mois par ans…

Toutes ces décisions ont changé ma vie pour le meilleur.


Bien sûr, il y a aussi eu des erreurs.

Le piano qui trône fièrement dans le salon, utilisé 15 jours avant d’être transformé en décoration…

Mes Bitcoins acheté à prix d’or qui ont perdu 80% de leur valeur…

L’idée de tout miser sur IGTV (IGT-quoi ?) à son lancement par Instagram…


Ces erreurs-là, elles ont eu un coût. 

(Surtout les Bitcoin. Snif.)

Mais le coût de ces erreurs reste ridicule par rapport au gain des bonnes décisions.


Le problème que beaucoup de gens ont…

C’est qu’ils surestiment les coûts de leurs erreurs…

Et qu’ils sous-estiment les gains de leur succès.


Quand on lance sa boîte, on se mitraille de « Et si… ».

Et si ça ne marche pas ?

Et si je n’arrive pas à retrouver du boulot ?

Et si je ne peux plus payer le loyer ?

On s’imagine le pire scénario…

Et on n’agit pas.


Alors que le plus souvent, ce n’est pas si terrible.

Si ça ne marche pas, je lancerai autre chose.

Si je n’arrive pas à récupérer mon ancien boulot, je toucherai le chômage avant d’en trouver un nouveau, peut-être mieux que l’ancien.

Si je ne peux plus payer le loyer, je déménagerai dans un appartement plus petit.


La vérité, c’est que le pire scénario…

Il est déjà en train de se produire.

Le pire scénario, c’est celui de l’inaction.

Ce sont tous les regrets que tu vas accumuler pendant ta vie, et qui vont te hanter jusqu’à ta mort.


La question à se poser, c’est celle-là :

Est-ce que c’est une décision que je pourrai regretter sur mon lit de mort ?

Est-ce que vraiment, quand j’aurai 90 ans, dans mon lit d’hôpital, je regretterai d’avoir acheté des Bitcoins en 2017 ?

Est-ce que vraiment, je regretterai d’avoir déçu mes parents il y a 70 ans en ne faisant pas de grandes études et en créant ma boîte à la place ?

Est-ce que vraiment, je regretterai d’avoir mis le prix d’une Porsche Macan dans un Van de camping quand j’avais 24 ans ?

Les réponses, tu les connais.


Les décisions sur un coup de tête, ce sont celles qui façonnent notre histoire.

Ce sont celles qui font de nous une personne intéressante et inspirante.

Ce sont celles qui nous rendent plus fort et qui nous immunisent contre la peur.

Ce sont celles que l’on peut regretter sur le court terme…

Mais qui nous font rire quand on y repense beaucoup plus tard.


On ne raconte aucune histoire quand notre vie ressemble en tout point à celle du voisin de palier.

La peur du lendemain fait de nous des esclaves et nous enracine dans une vie qu’on n’a pas choisi.

Comme Alice au pays des merveilles, en choisissant de suivre l’étrange lapin, on découvre un nouveau monde avec plein de nouvelles possibilités.

Nos anciennes peurs nous paraissent ridicules et de nouveaux challenges inspirants se lèvent devant nous.

Suivre le lapin, c’est choisir de construire une vie amusante, impertinente, personnelle, un peu risquée, mais qu’il vaut la peine d’être vécue.

Et c’est s’assurer de ne jamais connaître le regret principal des gens sur leur lit de mort : n’avoir pas osé vivre la vie qu’ils voulaient.


À demain,

Antoine