Le téléphone à 1329€

Ça y est.

Je viens de déballer mon iPhone Xs gold 256go.

Le déballage d’un produit Apple, c’est toujours quelque chose.

C’est étrange, mais…

J’ai ressenti un peu la même sensation que lorsque j’ai rompu mon jeûne avec une tartine d’avocat.

Un moment très intense, bien que familier. Le goût du précieux et de la perfection.

Déballer un produit Apple, c’est tellement bon qu’il y a des chaînes YouTube spécialisées là dedans. Non, non, pas dans le test du produit. Juste dans le déballage.


Il y a 2 catégories de personnes :

Ceux qui pensent que tous les clients Apple sont des pigeons, et ceux qui comprennent ce que c’est que l’expérience client.

Acheter un produit Apple, ce n’est pas acheter des gigas de données, de la puissance de calcul et des pixels.

Acheter un produit Apple, c’est acheter un produit Apple.

C’est entrer dans le magasin et se sentir important.

C’est recevoir le produit de la part d’un employé souriant.

C’est déballer le produit sans ciseau, juste à l’aide des petites languettes fléchées.

C’est retirer délicatement le film plastique qui protège l’appareil.

C’est l’allumer sans avoir besoin de le charger, et voir apparaitre le mot “bonjour”.

C’est retrouver toutes ses photos, ses contacts et ses réglages en moins de 10 minutes.

C’est le sentiment d’utiliser un produit préparé spécialement pour nous, et qui nous respecte.

Et ça, ça coûte 1329€.


Concernant ton business :

Se battre seulement sur les prix et la quantité, c’est accepter secrètement que l’on vend de la merde.

Quand tu vends une expérience unique, personne ne peut te dicter tes prix.

C’est toi qui décides. Les clients achèteront. 

Parce qu’ils n’auront pas le choix.


L’expérience, ce sont les émotions que tes clients éprouvent quand ils entendent parler de ton produit, qu’ils l’achètent et qu’ils l’utilisent.

Pas besoin d’avoir un budget marketing de 2 milliards.

Rien que ta façon de parler de ton produit, c’est une expérience.

Comment tu considères tes clients.

À quel point tu les comprends.

Comment tu évalues tes produits.

La beauté de ta solution.



Alors il te reste 2 choix :

Baisser tes prix, et attendre que tes concurrents fassent de même…

Ou construire une expérience qui va rendre tes clients accros.


Autrement dit, tu peux choisir d’être Huawei… ou Apple.


À demain,

Antoine
Déchaîné, le podcast d'Antoine BM

Un podcast chaque matin rempli d'idées pour apprendre à vendre, changer de vie, et gagner sa liberté :

Vous recevrez le podcast par email. Vos informations resteront privées et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Tuer pour du fromage de chèvre ?

4ème et dernier jour de jeûne.


Tu ne vas pas me croire…

Mais je n’ai presque pas dormi de la nuit… tellement j’étais excité à l’idée de manger.

Ma tête est remplie d’images de fromage de chèvre, de tarte à la myrtille, et de guacamole étalé sur du pain aux noix.

Ce soir, je recommence à manger, et c’est tout ce qui compte.


C’est drôle à quel point une chose aussi banale que la nourriture peut prendre autant d’importance quand on en est privé.

Je veux dire, dans la vie de tous les jours, on ne passe pas notre temps à parler de saucisses grillées.

Pourtant, dès que tu t’arrêtes de manger, il n’y a plus que ça qui compte.

Ça me fait penser à la pyramide des besoins de Maslow.

Les besoins seraient séparés en 5 catégories, chacune devenant importante seulement une fois que la catégorie précédente a été comblée.

Voici les 5 catégories de besoins :

  1. Besoins physiologiques (manger, boire, dormir…)
  2. Besoin de sécurité
  3. Besoin d’appartenance
  4. Besoin d’estime
  5. Besoin de s’accomplir

Ces besoins sont à la base de nos actions. 

Tant que nous ne les avons pas comblés, le reste n’a pas d’importance.

Quand on vend un produit, on devrait toujours se poser la question : 

À quel besoin est-ce que je réponds ?

Si le besoin ne rentre pas dans cette classification, le produit sera difficile à vendre, et le prix souvent dérisoire.

Beaucoup de gens me demandent s’ils peuvent gagner leur vie dans une thématique comme l’humour, ou le divertissement.

La réponse est simple : est-ce que ça répond à un besoin de la Pyramide de Maslow ?

Non. Donc non.

Le divertissement et l’humour sont, en revanche, des ingrédients formidables.

Si mes emails étaient chiants, personne ne les lirait.

Mais si la seule finalité était de divertir, je n’aurais rien à manger à la fin du mois.

Et je sais maintenant à quel point j’aime manger.


Quelques idées de thématiques efficaces basées sur ces besoins :

  1. Besoins physiologiques : Dormir mieux, quand on fait des insomnies
  2. Besoin de sécurité : Retrouver plus rapidement du travail quand on est au chômage 
  3. Besoin d’appartenance : Comment développer son charisme et se faire des amis
  4. Besoin d’estime : Comment monter un business rentable, s’acheter une nouvelle voiture et impressionner les voisins
  5. Besoin de s’accomplir : Comment apprendre la cuisine française rapidement


Il suffit de se poser une simple question :

Est-ce que mon produit répond à l’un de ces besoins ?

Si oui, tout va bien.

Sinon, il est peut-être temps de changer.

À demain,
Antoine

La pire erreur de ma carrière

3ème jour de jeûne.


Ce matin, mon réveil est fébrile. J’ai peu dormi et toujours faim.

J’ouvre YouTube, bien décidé à gâcher ma matinée sur des compils de vannes de Laurent Baffie.

Mais un titre de vidéo attire mon attention :


Antoine BM commet-il la PIRE ERREUR de sa carrière ?


Allez, je clique. De toute façon, je n’ai plus aucune volonté.

Dans la vidéo, Robin décrit une réalité sombre :

Antoine BM change d’avis tout le temps…

Alors qu’il est en train d’attendre les 100.000 abonnés, il claque la porte de YouTube…

Il décide de se lancer dans le mail. Pas Messenger ou Instagram, non. LE MAIL.

Chez Antoine, il y a ce coté un peu ballek, ce côté intuition.

Et au final, est-ce que ce n’est pas la meilleure chose à faire ?

Je m’arrête là. Si tu veux voir la vidéo en entier, voici le lien : https://youtu.be/Ba22uSDyflM


C’est drôle, parce que quand je regarde ce genre de vidéos, j’ai l’impression que l’on parle de quelqu’un d’autre.

Une star de ciné ou un entrepreneur connu, oui, mais pas moi, qui vit dans mon appart cosy avec mon chien et mon chat, et qui écrit des mails à l’occasion pour déblatérer mes délires sur le jeûne et la vente.

Et pourtant, que je le veuille ou non, il y a des gens qui parlent de moi comme si j’étais Elon Musk.

Et tu sais quoi ?

C’est exactement ce que tu recherches dans ta thématique.

Je me souviens de cette phrase de Casey Neistat :

“La chose la plus dangereuse que vous puissiez faire est de ne pas prendre de risque”


C’est vrai.

Si ton objectif, c’est de rassembler une audience impliquée…

D’inspirer les gens à passer à l’action…

Et de monter un business rentable…

Tu dois être remarquable. Et pour être remarquable, tu dois aller à contre-courant.

Tu dois prendre des risques.


Je suis moi-même fasciné par ces gens-là. Ces gens qui ont du panache, dans une société où la norme est l’ennui.

Les gens ennuyants ne sont pas intéressants.

Et tu n’as pas besoin d’être Elon Musk pour être fascinant.

Tu peux simplement faire le choix de la différence. 

Nager à contre-courant, te défier toi-même, te fixer des objectifs déraisonnables.

Même si tu commences petit. Même si personne ne te connaît.

Tu peux la jouer safe, mais tu finiras comme tout le monde au cimetière.

Ou tu peux prendre des risques, prendre la vie comme un jeu, et t’amuser tout le long du chemin.


À demain,

Antoine


PS : Depuis hier soir, ça va un peu mieux. La faim est moins criante, et l’idée de recommencer à manger demain me remplit de joie. J’ai l’esprit clair et j’écris plus vite que d’habitude. Je suis faible, mais heureux et motivé. 

Comment rendre possible l’impossible

2ème jour de jeûne.


Ça rigole plus.

Après avoir rêvé de dattes fraiches et de parmesan toute la nuit, je me réveille groggy, de mauvaise humeur, et terriblement fatigué.

Tellement fatigué que, juste après avoir promené ma chienne (qui elle ne jeûne pas, chanceuse), je me suis écroulé dans mon lit pour 2 heures supplémentaires.

Je m’attendais à ce que le 2ème jour doit difficile.

Les premiers symptômes du nettoyage apparaissent : bouche sèche, mauvaise haleine, tête qui tourne et nausée.

Mais surtout, l’engagement est difficile.

Je n’ai jamais eu aussi faim de ma vie. 

Tu connais le sentiment désagréable d’avoir le ventre vide après avoir sauté un repas. Alors imagine quand tu en as sauté 5…

Ton engagement doit être fort. C’est un incroyable test de volonté.

Et l’échec est à seulement un croc dans une pomme de distance.


Alors comment résister ?

Il y a 2 choses qui m’aident beaucoup :

La première, c’est que je ne suis pas tout seul. Je fais ça avec un ami, et ni lui ni moi n’avons envie de perdre la face. 

La deuxième, c’est que je suis loin de tout : dans une maison au frigo vide, à plus de 2km du magasin le plus proche.

En 2 mots : l’environnement, et l’absence de tentation.


Peut-être que tu veux monter un business. Écrire un livre. Arrêter de fumer. Faire un régime.

Toutes ces choses demandent une volonté colossale.

Cette volonté, c’est comme un bébé. Elle a besoin d’un environnement sain.

On met un bébé dans une chambre calme, sans objet dangereux ou substance toxique, et on lui donne une dose phénoménale d’attention.

Ton projet, c’est ton bébé.

Et toi, tu es le papa ou la maman.

Ton rôle, c’est de créer un environnement sain.

Si tu veux créer un business, entoure-toi de personnes ambitieuses. Tu n’as même pas besoin de leur présence physique. Écoute leurs conférences et lis leurs livres : c’est déjà énorme.

Si tu veux faire un régime, supprime les tentations. Ton frigo ne doit contenir que des choses qui vont dans le sens de ton objectif.

Parfois, c’est difficile. Ton frère te rabaisse systématiquement, ta copine remplit le frigo de confiture…

Dans ce cas, le mieux, c’est de s’exiler. Au moins au début. Le temps de former une habitude.

Tu peux louer un Airbnb à la campagne, ou prendre un billet pour le Vietnam.

Engage-toi avec d’autres personnes. Regarde des vidéos de gens qui ont réussi. Coupe ton téléphone et fais-le.

Ça peut être extrêmement difficile.

Mais il n’y a que ça qui paye.


À demain (si je suis toujours vivant),

Antoine


PS : Les smartphones et les réseaux sociaux font partie des addictions modernes. Comme pour les autres, il faut se traiter comme un bébé. N’aie pas honte de supprimer des apps de ton téléphone ou de t’organiser des moments “offline” dans ta journée. Ça marche.

Annonce : j’arrête de manger

J’écris cet email allongé sur un transat, devant une petite maison louée sur Airbnb en Normandie.


Aujourd’hui, je ne vais pas te parler de marketing.

Je n’ai pas la tête à ça.

En fait, la seule chose que j’ai en tête en ce moment, c’est un gros poulet rôti encore chaud et dégoulinant de jus.

Alors écrire un mail, franchement… 


Bon. Je t’explique.

Je n’ai rien mangé depuis hier soir. Et il est déjà 16h. 

En temps normal, j’irai tout de suite dévaliser le rayon fruits secs de Biocoop (chacun son délire hein).

Mais pas aujourd’hui.

Parce qu’aujourd’hui, et pendant les 4 prochains jours, je ne mange pas.

Ça s’appelle un jeûne, et il parait que les bienfaits sont extraordinaires.

Mais ce n’est pas du jeûne dont je vais te parler.

Si ça t’intéresse, je te recommande néanmoins la série de Thierry Casasnovas sur YouTube : https://youtu.be/aELnmiKpT1s

Ce dont je vais te parler, c’est de volonté.


J’adore manger.

La seule raison pour laquelle je me lève le matin, c’est ça.

Boire un smoothie onctueux, ou déguster un jambon de pays rustique avec un verre de vin…

Rien qu’en écrivant ça, il y a soudain beaucoup de salive dans ma bouche.

Arrêter de manger, pour moi, ce n’est pas une contrainte.

C’est une petite torture.


Alors pourquoi s’infliger ça ?

La question me fait sourire quand elle est posée par des gens qui travaillent 8h par jour pour un patron qu’ils détestent.

C’est le paradoxe de la société moderne.

On accepte une vie de sacrifice pour des petits plaisirs fugaces.

On nous explique que la vie, c’est la dernière Mercedes, un pot de Ben & Jerry’s, et des vacances à Ibiza.

Et que le prix à payer, c’est 47 semaines de liberté. Sacrifiées. Chaque année, jusqu’à 60 ans.

Bad deal.


Le rapport avec la volonté ?

Pour résumer : j’essaye de faire exactement l’inverse.

Au lieu de sacrifier ma vie, je sacrifie les petits plaisirs fugaces.

Et au lieu de le faire 47 semaines par an, je le fais 4 jours.


La privation volontaire, c’est le plus grand des luxes.

C’est le seul moyen de travailler ta volonté.

C’est tellement important à l’heure ou les réseaux sociaux, la coke Netflix et les jeux vidéos nous volent notre temps, notre attention et notre dignité.

En travaillant ta volonté comme tu travaillerais tes muscles à la salle de sport, tu deviens plus fort.

En renonçant de temps en temps aux plaisirs faciles, tu découvres ce que c’est que le vrai plaisir.

Et je ne parle pas du faux plaisir qui consiste à combler une addiction comme un fumeur angoissé, mais du vrai plaisir.

Celui de mordre dans une poire juteuse, la première de l’année, et de ressentir chaque petite variation de saveur, le sucre fruité et la chair tendre.

Ce plaisir la, on ne le ressent plus quand on alterne les pizzas et les Kindler Bueno à longueur de journée.

Notre sensibilité au plaisir diminue comme celle d’un vieillard qui ne mange plus que des gâteaux secs. Notre muscle de la volonté s’atrophie lentement et nous ne sommes plus qu’un sac de patates rempli chaque jour à la pelle par les industriels.

Muscler sa volonté, c’est conserver son identité.

À demain,
Antoine


PS : Je suis loin d’être Bear Grylls, mais j’aime me lancer des défis. Le meilleur moyen de me suivre là dessus est Instagram. Je poste des stories presque tous les jours : https://www.instagram.com/antoinebm/

Comment Wikipedia manipule ses donateurs

J’adore Wikipedia.

D’abord parce que c’est la plus grande encyclopédie gratuite du monde, et c’est bien pratique.

Mais il y a une autre raison, moins avouable.

Cette raison, c’est que…

J’ai un profond respect pour le marketing bien fait.

Et la personne qui m’a envoyé cet email est le Michel-Ange de la persuasion.

Le Ronaldo de la vente.

Le Heiseinberg de l’email.

Bref, on est face à un maître.

Tiens-toi bien.

Voici l’oeuvre d’art que j’ai reçu dans ma boite mail (les annotations en rouge, c’est moi) :

Tout commence par un titre sur lequel tu es obligé de cliquer.
Les marketeurs savent qu’on a tous un petit voyeur sadique qui sommeille en nous.

(Concrètement, notre cerveau se dit : “C’est un peu gênant ? Qu’est-ce qui est GÊNANT ? Le CEO de Wikipedia s’est fait filmer en train de faire l’hélicoptère dans une soirée bunga bunga ? Je DOIS savoir”)

J’ouvre l’email.

Tel que je le vois, il aurait parfaitement pu avoir été envoyé par un ami. Pas de logo, pas de bouton clignotant, et on m’appelle par mon prénom.
La photo renforce l’idée que le mail a été écrit et envoyé par une seule personne.

Tout est fait pour oublier que la fondation rassemble 76 millions d’utilisateurs et 5 millions d’articles traduits pour certains en plus de 300 langues.
Tout ce que je vois, c’est qu’une jolie blonde, Katherine, a pris le soin de m’écrire dans ma langue natale pour me féliciter de ma générosité.

Dès le premier paragraphe, je ne me sens plus pisser.

Elle se souvient de mon don de 10€, et me rappelle que je fais partie d’une minorité, celle des généreux donateurs. Est-ce que j’ai une touche ?

Trêve de compliment.

Katherine est une fille qui sait ce qu’elle veut. On en vient au fait tout de suite, avec un appel à l’action clair. C’est oui ou c’est non.

Juste au moment où je me dis “ce n’est pas grave si je ne donne pas aujourd’hui, quelqu’un d’autre le fera à ma place…”, BIM ! Je suis démasqué.

Katherine me le dit franchement : c’est maintenant ou jamais. J’ai besoin de toi. Si tu ne donnes pas maintenant, je serai contrainte de pointer chez pôle emploi lundi.

On est une famille. Une famille soudée autour de belles valeurs.

Les fakes news ? Les algorithmes qui nous persuadent d’acheter et de consommer toujours plus ? Ce n’est pas pour nous.

Nous on te demande de l’argent, mais on n’a rien à vendre. C’est MIEUX.
On croit en l’internet qui nourrit nos esprits et nous rend plus forts…
… Parce que c’est NOTRE PROJEEEET !

Cet email prouve une chose : le marketing n’est pas réservé aux méchants.
C’est un outil puissant que tout le monde peut utiliser pour avoir de l’impact.

Les entreprises l’utilisent. Les ONG l’utilisent. Les enfants l’utilisent pour convaincre leur maman de prendre le Kinder Surprise à la caisse.

Il n’y a pas les marketeurs d’un côté, et les gentils de l’autre.

Il n’y a que les bons et les mauvais marketeurs.

Apprendre à vendre, c’est la base.

La formation que j’ai créée sur ce sujet, c’est l’une des plus populaires chez mes élèves.

Elle a généré plus de 10.000€ de ventes à elle seule, et je compte 171 élèves à ce jour. C’est énorme.

J’ai créé un code promo seulement valable AUJOURD’HUI.

Clique ici pour l’activer : https://school.antoinebm.com/comment-vendre-sans-passer-pour-un-escroc?coupon=LABASE

À demain,
Antoine

PS : Sacrée Katherine. Elle a réussi à me faire donner à nouveau. Pour être honnête, j’ai surtout donné pour continuer à recevoir leurs emails de relance. Un marketing aussi bon, ça n’a pas de prix 🤩

Personne ne croit en mon projet 😭

T’es vraiment sûr de ton coup ?


C’est dommage, tu étais si bon à l’oral…

Ça va te prendre énormément de temps, non ?

C’est ce que ma mère m’a dit en recrachant sa tarte aux figues quand je lui ai annoncé hier midi que j’avais l’intention d’arrêter le podcast pour vivre de mes emails.

Après avoir remis les morceaux dans l’assiette, j’ai réfléchi un instant, et j’ai eu cette impression étrange. Tu sais, celle d’avoir déjà vécu cette scène exacte dans le passé.

Revenons 3 ans en arrière.


Nous sommes en 2015, et j’annonce à mon petit lectorat que j’arrête mon blog pour me lancer dans les vlogs sur YouTube.

T’es sûr ? Pourtant t’étais bon à l’écrit…

YouTube, c’est pas pour les comiques ?

Mais tu ne pourras jamais rien vendre sur YouTube, si ?


Revenons dans notre machine à voyager dans le temps. Nous sommes un an plus tard, et lors d’un voyage en Corée, pris d’une illumination divine,  je décide de tenter ma chance dans les podcasts.

Les podcasts ? C’est quoi ?

Dommage, tes vlogs étaient cools…

Franchement, t’entendre parler sans image pendant 25 minutes, je décroche.


Le pire dans ces remarques ?

Elles sont bienveillantes.

Elles viennent des gens qui comptent pour nous.

Et elles sont souvent justifiées


La pire chose à faire ?

En tenir compte.


Je m’explique.

Tu te lances dans une activité bizarre, qui n’existait pas il y a 15 ans, sans étude et sans expérience, et tu annonces tout fièrement à ton entourage : Eh, les gars, je vais devenir riche en envoyant des emails !

Oui, bien sûr, et moi je vais être le premier homme à cuisiner des pancakes sur Mars. 

Une bonne fois pour toutes, admettons-le.

Toi et moi, on est des gens bizarres qui font des trucs bizarres. Bizarrement, des gens bizarres achètent nos produits bizarres qui ont des noms bizarres comme “Comment vendre sans passer pour un escroc” ou “10.000 abonnés sans se prostituer.

Aucune personne saine d’esprit ne nous encouragerait à suivre cette voie.

Et pourtant, c’est exactement ce que tu devrais faire.


Parce que les gens qui tiennent à toi ne t’encourageront jamais à prendre des risques.

Et ta vie ne sera jamais intéressante si tu ne prends pas de risque.

Oussama Ammar disait dans une interview : “Les gens qui écoutent leurs parents ont souvent une vie à mourir d’ennui »

Tes proches t’aiment, mais ils ne vivent pas dans ton monde.

Ils ne lisent pas les mêmes bouquins que toi, n’écoutent pas les mêmes personnes, n’évoluent dans le même environnement.

Tu es le seul à savoir ce que tu fais.

Et c’est seulement en le faisant que tu sauras si ça marche.


OUI, je vais essayer de monter un business très lucratif en envoyant de simples emails. 

OUI, je vais essayer de devenir le meilleur copywriter de mon pays. 

OUI, je vais m’amuser sur le chemin, 

Et NON je ne suis pas certain des résultats.


Mais la seule façon de savoir si ça peut marcher, c’est d’essayer.


À demain,

Antoine


PS : Je sais que c’est difficile d’agir ambitieusement quand notre environnement nous étouffe. 

J’ai créé une méthode pour recréer un environnement propice au succès, retrouver la motivation, et réussir ses projets les plus exigeants. 

Ce code te donne droit à 140,00€ OFFERTS sur la formation complète, seulement jusqu’à CE SOIR MINUIT : https://school.antoinebm.com/l-ecosysteme-du-succes?coupon=PROUVELEUR













Pourquoi j’arrête les podcasts

Les podcasts, ça cartonne.


Sérieusement, c’est une mine d’or.

Je n’ai jamais eu d’aussi bons résultats depuis que je fais ça.

Et pourtant, je viens de publier le DERNIER épisode…



Revenons-en au drama : pourquoi j’arrête les podcasts ?

C’est une histoire de premier amour, et peut-être même de nostalgie.


Quand je me suis lancé en 2012, YouTube n’était pas une plateforme crédible.

Tout le monde ne jurait que par les blogs.

J’ai donc appris à écrire avant d’apprendre à parler. Et ça me manque.

Ce que je fais dans mes podcasts; t’enseigner la vente, te partager des idées, répondre à tes questions…

Je vais continuer à le faire.

Mais au lieu de le faire devant mon micro… 

Je le ferai par email.

1 email chaque matin rempli d’astuces pour vivre de sa passion, devenir compétent et monter un business long terme autour de ton contenu.

Pas de prise de tête. Un ton léger et une bonne dose de divertissement.

Je me fixe une seule contrainte et un seul objectif.

Ma contrainte : envoyer 1 email chaque jour.

Mon objectif : dépasser le chiffre d’affaire obtenu avec les podcasts.


Si tu reçois cet email, tu n’as rien de plus à faire.

Tu es inscrit à mes emails et tu vas commencer à les recevoir dès demain.

Tu peux déjà ajouter cette adresse email à tes contacts. Parfois les filtres à spam font de GROSSES erreurs (puis tombent en dépression).

Si tu ne veux pas recevoir mes emails, tu peux te désinscrire tout de suite en cliquant sur le lien en bas de ce mail.

C’est une nouvelle aventure, et bien sûr, je t’en partagerai les résultats.


On en parle plus dans le podcast du jour : https://www.youtube.com/watch?v=xl135vrDXm0


À demain dans ta boite mail,

Antoine


PS : J’ai trouvé un système génial pour envoyer des mailings directement depuis mon client mail pour Mac. Je t’expliquerai ça bientôt. 🤫